Le Château de Grignan

 

Poème illustré par un tableau de :

Christian de Lattre
www.ceracouleurs.free.fr

De son piton rocheux il domine un pays
Au parfum provençal, et quand souffle le vent
Il est vraiment superbe aux confins du Midi.
C’est en ses plus beaux jours qu’il reçut bien souvent
Marie de Sévigné quittant gaiement Paris

Pour retrouver enfin la reine de ses jours :
Madame de Grignan, cette fille despotique
A qui elle écrivait, meublant jour après jour
Le vide de sa vie par des récits caustiques,
Intelligents, brillants et pétillant d’humour.

Elle vint plusieurs fois en Provence, et la nuit,
Eclairé a giorno tout Grignan s’abreuvait
De danses et de chants, de bons mots et d’esprit
Dans un bruit insensé. La fête illuminait
Le Château qu’on nommait « Versailles du Midi ».

La quatrième fois, la Marquise y mourut.
Le comte de Grignan ruiné par trop de fêtes,
Las et presqu’oublieux du grand seigneur qu’il fut ,
Dut vendre tous ses biens pour éponger ses dettes.
Et Grignan retrouva son calme interrompu .

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire