Le chalet sous la lune

Le chalet sous la lune est encapuchonné
D’un épais bonnet blanc que la froideur laiteuse
De ce treize janvier a comme amidonné.
L’astre fait resplendir la couche de poudreuse

Tombée pendant la nuit, Elle a tout arrondi,
Tellement boursouflée que le moindre détail
Des pentes enneigées en semble rebondi.
Le ciel est bleu marine, et cet épouvantail

Qu’est le vent de l’hiver là-haut dans la montagne
Paraît depuis des jours à jamais disparu.
Comme émergeant d’un conte au pays de Cocagne,
Le chalet est serein sous le feutre incongru

Que le ciel a posé sur son faîte couvert
Par la neige masquant sa toiture abîmée.
Comme pour mieux narguer le souffle de l’hiver,
Sa sombre cheminée exhale une fumée

En forme de soupir qui sinue et s’envole
Jusqu’aux confins du ciel noir et mystérieux.
Sur ses vitres tremblote une lumière molle
Cillant en clignotant comme d’énormes yeux.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.