Larche

Poème illustré par un tableau de :

Friedrich Nerly
(1807-1878)
www.reproarte.com

Tout là-haut, au plus haut de la Haute Provence,
C’est un joli village abondamment fleuri,
Honoré des Trois Fleurs ! Un village qui rit
Dès le prime printemps sous la montagne immense.

Il n’en restait plus rien* : on le reconstruisit,
Tentant de l’embellir en le vêtant de fleurs.
Le torrent de Rouchouze y roule avec ardeur,
Le berçant de son chant ; et le doux gazouillis

De l’eau pure et bleutée qui sourd de la montagne
Y est partout présent dès que revient avril.
Partons très tôt demain pour cueillir des myrtilles
Au val du Lauzanier : un pays de Cocagne

Pour qui aime les prés verdoyants du printemps !
Il y flotte parfois  un parfum d’Italie :
Elle n’est pas bien loin… L’air est si pur ici
Que peut-être allons-nous devenir transparents ?

* Entièrement détruit pendant la dernière guerre

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, La Haute Provence, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.