La truffe

C’est Médor qui a déterré
Ce gros caillou tout bosselé
Dans la garrigue, sous un chêne.
Sa chair sombre striée de veines

Est un diamant noir parfumé.
C’est peut-être une mélano ?
Nous en serions tous enchantés
Mais ne soyons pas paranos…

Elle n’a pas bien fière allure,
Est toute tarabiscotée !
Mais cette odeur, cette texture…
On se met tous à saliver,

Aux anges de l’avoir trouvée…
Son parfum subtil, incopiable
Parfume le fond du panier !
Son prix n’étant pas très aimable,

On a en main un tel trésor
Qu’on se sent les maîtres du monde,
Les plus malins et les plus forts !
Pour une truffe à peine ronde…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.