La truffe

C’est Médor qui a déterré
Ce gros caillou tout bosselé
Dans la garrigue, sous un chêne.
Sa chair sombre striée de veines

Est un diamant noir parfumé.
C’est peut-être une mélano ?
Nous en serions tous enchantés
Mais ne soyons pas paranos…

Elle n’a pas bien fière allure,
Est toute tarabiscotée !
Mais cette odeur, cette texture…
On se met tous à saliver,

Aux anges de l’avoir trouvée…
Son parfum subtil, incopiable
Parfume le fond du panier !
Son prix n’étant pas très aimable,

On a en main un tel trésor
Qu’on se sent les maîtres du monde,
Les plus malins et les plus forts !
Pour une truffe à peine ronde…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire