La tombée du jour

Route-de-campagne-en-hiver-au-clair-de-lune-Blechen

Poème illustré par un tableau de :

Carl Blechen
(1798-1840)

A Denis
Bleue la tombée du jour, lorsque les tourterelles
S’en vont dormir à deux au coeur de l’amandier ;
Quand les chauves-souris dessinent de leurs ailes
Un trait ensorcelé sur le ciel incendié

Par le soleil couchant d’un beau soir de printemps.
La lune un peu floutée y annonce le temps
Du lendemain matin ; et y palpite encore
L’arôme évaporé des sombres mandragores.

Bleue la tombée du jour, lorsque les arbres noirs
Dont le feuillage bruit dans la blondeur du soir
Se nuancent d’argent aux rayons de la lune ;
Oliviers frémissant sous la planète brune.

Mystère inexpliqué qui transforme les choses,
Le soleil en mourant transfigure les fleurs :
Il a fait d’une ortie la plus belle des roses
Par la grâce infinie de sa pâle lueur.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La tombée du jour

  1. Commentaire sur Facebook :

    Anne Charguellon Magnifique ! Anne !

  2. Commentaire sur Facebook :

    Francine Fuqua Que C’est beau, Vette.

  3. Commentaire sur Facebook :

    Sylvie Fillon-Tantal une merveille de plus!

Laisser un commentaire