La place

 

Poème illustré par : 

Jean-Paul Courchia
http://courchia.com

Au centre du village elle bat comme un coeur,
Mais pas en ce moment ; ce n’est pas encor l’heure :
Il est un peu trop tôt ou bien un peu trop tard.
Il n’y a qu’un client qui lit devant le Bar

Son journal quotidien. Perclus de cent années,
Un énorme platane à la peau bigarrée
L’ombrage en clair-obscur. Il est un peu malade,
Mais on veut l’ignorer : il est indispensable !

La place est vide encor. On n’est qu’au mois de mai,
Les touristes sont loin ; tout est calme et bien quiet
Et l’on se sent ici très loin du vaste monde !
Est-on vraiment bien sûr que notre Terre est ronde,

Qu’un ailleurs y existe ? Sur la petite place,
On l’oublie volontiers et l’on ne trouve trace
Nulle part d’un quidam qu’on appelle « estranger » !
On est encor en paix et bien loin de l’été …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.