La mer

 

Des rayures dorées strient les flots qui moutonnent.
Oubliés le mistral, les tempêtes d’hiver !
De larges stries turquoise et qui griffent la mer
Forment à sa surface un roulis qui ronronne.

L’eau bleue danse et bascule en un lent ondoiement
Déposant peu à peu dans les creux du rivage
Des paillettes de sel où tremblent des mirages ;
L’eau saphir et moirée valse au rythme du vent

Chuchotant en douceur. Et son long mouvement
Qui chuinte en lamento, la houle qui déferle
Crissent sur les rochers que le reflux emperle
D’une nacre irisée patinée par le temps.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire