La Maison aux Cariatides

Oh mon Dieu ! Que c’est lourd ! Oh mon pauvre vieux dos…
Mes épaules aussi ! A force de porter
Ce satané balcon, je ne sens plus mes os…
On dit que c’est Portal, élève de Puget,

Qui nous a fait sculpter, moi et mon compagnon.
Nos deux amis les Sphinx ont beaucoup plus de chance ;
Car mollement couchés au-dessus du fronton,
Ils y sont allongés avec grand’nonchalance.

C’est un riche banquier, de surcroît italien,
Qui fit édifier l’Hôtel des Cariatides.
Ce nom nous a vexés – d’ailleurs on le voit bien !
Nous sommes des Atlante(s) ! Quel est donc le stupide

Qui nous priva ainsi de notre identité ?
Moi, je suis le costaud qui protège ses yeux
De l’ardeur du soleil avec son bras plié.
Mais vraiment je commence à me faire bien vieux ;

Et mon copain aussi, qui se tient le côté
Avec un grand rictus car il a une crampe.
Nous sommes fatigués. On en a plus qu’assez
De tenir ce balcon ! Il faudrait qu’on décampe…

* 1 Rue Nationale dans le 1° Arrondissement

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.