La forêt de pins

Poème illustré par :

Théo
http://thlev43@hotmail.com
 

Craquant sous le soleil si lourd à supporter,
La forêt de pins gris s’est recroquevillée
Sur son immense soif. Et la chaleur immense
Fait grésiller au soir la poussière qui danse.

Il n’a pas plu depuis les feux de la Saint Jean,
Tout est sec ; le maquis impertinent s’étend
Chaque jour un peu plus, dévorant le sous-bois,
Imposant aux grands pins de plus en plus sa loi .

Du thym, du romarin, des argelas piquants
Sont tressés en paillis et en buissons ardents 
Qui tout prêts à brûler à la moindre étincelle
Progressent lentement sur le sol isabelle,

Insidieux danger que tout le monde ignore.
Le soleil tout là-haut, tel un grand archer d’or,
Affûte ses rayons, et la forêt de pins
Ignore innocemment ce que sera demain.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire