La balade en coucou

Mais comment ai-je osé monter dans ce coucou !
Maintenant c’est trop tard : nous roulons sur la piste !
Ô Seigneur ! J’ignorais que j’étais sur la liste
De ceux que vous vouliez ramener près de vous…

Le moteur tourne à plein ; l’avion est balloté
Sur l’herbe qui s’agite. Il semble trop petit
Pour décoller tout seul ! Que fais-je donc ici ?
Pourquoi ai-je accepté ce périple insensé ?

On dirait maintenant que la terre s’enfonce
Et tout en-bas Tallard* ressemble à un jouet :
Une ville en Lego ! Je reste stupéfait
D’être accroché au ciel. Et puis la peur renonce

A titiller mon coeur : ce spectacle est trop beau !
Ces montagnes tout près plaquées sur le ciel bleu
Comme une broderie cousue en camaïeu !
Est-ce donc le bonheur qu’éprouvent les oiseaux,

Ce que je ressens là, juste au-dessus des champs
Appliqués en patchwork de toutes les nuances ?
Le monde est tout petit, sans beaucoup d’importance
Tandis que nous voguons sur les ailes du vent…

* L’aéroport de Tallard (04) a été fondé en 1930

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire