La balade en coucou

Mais comment ai-je osé monter dans ce coucou !
Maintenant c’est trop tard : nous roulons sur la piste !
Ô Seigneur ! J’ignorais que j’étais sur la liste
De ceux que vous vouliez ramener près de vous…

Le moteur tourne à plein ; l’avion est balloté
Sur l’herbe qui s’agite. Il semble trop petit
Pour décoller tout seul ! Que fais-je donc ici ?
Pourquoi ai-je accepté ce périple insensé ?

On dirait maintenant que la terre s’enfonce
Et tout en-bas Tallard* ressemble à un jouet :
Une ville en Lego ! Je reste stupéfait
D’être accroché au ciel. Et puis la peur renonce

A titiller mon coeur : ce spectacle est trop beau !
Ces montagnes tout près plaquées sur le ciel bleu
Comme une broderie cousue en camaïeu !
Est-ce donc le bonheur qu’éprouvent les oiseaux,

Ce que je ressens là, juste au-dessus des champs
Appliqués en patchwork de toutes les nuances ?
Le monde est tout petit, sans beaucoup d’importance
Tandis que nous voguons sur les ailes du vent…

* L’aéroport de Tallard (04) a été fondé en 1930

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.