Joli matin d’hiver

Nu à la fenêtre

Poème illustré par un tableau de :

Dominique Jouan
www.peintres-et-sculpteurs.com

Le ciel est rayuré de rose,
De miel, de gris, d’ocre et de blond;
La matinée à peine éclose
Fait que l’hiver semble moins long

Et que tout rayonne aujourd’hui !
Ces jolies bandes parallèles
Emergeant juste de la nuit
S’imbriquent et parfois s’emmêlent

En arc-en-ciel multicolore.
Le soleil est un peu dolent
Mais lentement ses rayons dorent
La colline en l’auréolant.

Un vol oblique, en diagonale,
Est venu fausser le tableau :
C’est une horde matinale
D’étranges et bruyants oiseaux

Caquetant à si haute voix
Qu’ils ont éveillé la voisine !
Voici qu’apparaît son minois,
Joli visage qu’illumine

Son sourire en forme de fleur.
La journée risque d’être belle,
D’autant que la belle a horreur
D’avoir même un rien de dentelle

Qui la gêne dans son sommeil !
Jeanne est nue comme un joli ver,
Chrysalide qui ensoleille
Un morne dernier jour d’hiver.

Le ciel est maintenant uni ;
Ses stries se sont évaporées,
Mais les nues jusqu’à l’infini
S’enjolivent d’ombres dorées.

Devenue soudain pudibonde,
Jeanne est rentrée dans sa maison.
Mais j’ai noté qu’elle était blonde…
Blonde à en perdre la raison !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Chez nous, Hiver, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.