Hibernation

Brice Malézieux

Poème illustré par un tableau de :

Brice Malézieux
www.malezieux.free.fr

Pas envie de bouger ni besoin de sortir !
Dehors le temps est gris et la pluie tambourine
Aux vitres embuées. On est d’humeur chagrine
Et il faut résister à l’envie de dormir

Tout recroquevillé dans le fond de son lit !
On n’a plus qu’un souhait : s’immerger sous sa couette.
Oublier cet hiver et se vider la tête
De l’idée qu’on n’en est qu’au début de l’ennui.

Car c’est bien évident : c’est l’ennui qu’il génère,
Ce satané hiver ! La fatale saison
Qui nous fait tous rentrer au creux de nos maisons
Comme un essaim frileux filant se mettre au vert !

Au vert ? Plutôt au gris, couleur tellement terne
Qu’on voudrait la bouter hors de notre Provence
Que décembre a lavé de sa luminescence.
Vois ce ciel morne et gris ! Le soleil est en berne

Et, tout éberlué de n’être plus le roi,
Il boude dans son coin. Alors restons chez nous ;
Vautrons-nous bien au creux de gros coussins bien mous…
Dehors il pleut toujours et, de plus, il fait froid.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire