Des cieux toujours trop bleus…

ciel bleu

www.nicephore.hautefort.com

Se peut-il qu’il y ait au-delà de la mer
D’autres cieux toujours bleus où le printemps résiste
Tout au long de l’année ? Où le seul mot « hiver »
Est un leurre absolu ! Savez-vous qu’il existe

En ces pays cinglés des fleurs sempiternelles
Grosses comme des choux, avec une senteur
Outrageant l’odorat ? Que l’atroce moiteur
De ce fade temps chaud peut s’avérer mortelle

Ou tout au moins… pénible ? Est-ce bien un printemps,
Cette unique saison sans aucune surprise ?
Et ne jamais goûter aux aléas du temps
Apporte-t-il en soi quelque chose qui grise

Toute cervelle humaine… ou du moins provençale ?
Notre printemps à nous est complètement fou,
Avec de grands abus ou de gros coups de mou,
Et des lubies parfois vraiment phénoménales.

En ces cieux toujours bleus, printemps égale été !
Chez nous, c’est un relais, le capricieux passage
De l’hiver au beau temps. Et l’impair attesté,
Ce serait de nier son fantasque message !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.