Des cieux toujours trop bleus…

ciel bleu

www.nicephore.hautefort.com

Se peut-il qu’il y ait au-delà de la mer
D’autres cieux toujours bleus où le printemps résiste
Tout au long de l’année ? Où le seul mot « hiver »
Est un leurre absolu ! Savez-vous qu’il existe

En ces pays cinglés des fleurs sempiternelles
Grosses comme des choux, avec une senteur
Outrageant l’odorat ? Que l’atroce moiteur
De ce fade temps chaud peut s’avérer mortelle

Ou tout au moins… pénible ? Est-ce bien un printemps,
Cette unique saison sans aucune surprise ?
Et ne jamais goûter aux aléas du temps
Apporte-t-il en soi quelque chose qui grise

Toute cervelle humaine… ou du moins provençale ?
Notre printemps à nous est complètement fou,
Avec de grands abus ou de gros coups de mou,
Et des lubies parfois vraiment phénoménales.

En ces cieux toujours bleus, printemps égale été !
Chez nous, c’est un relais, le capricieux passage
De l’hiver au beau temps. Et l’impair attesté,
Ce serait de nier son fantasque message !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire