Bleus d’été

Eté

Au fond de mon jardin, le bleu des plumbagos
Explose cet été en un fouillis sauvage.
Un autre bleu bien net sous le ciel sans nuages ?
C’est au loin, lumineux, l’horizon indigo…

Se mélangeant à l’eau dont les flots en partance
S’en vont rejoindre au Sud des rivages de miel,
Tous les tons de l’azur et l’azur clair du ciel
Embaument le Midi de subtiles fragrances

Car le bleu a l’odeur de la chaude saison :
Le bleu dur de la mer qui vibre et qui sent fort
Quand l’été est brûlant, l’haleine de ses ports…
Le jardin azurin, le soir ; l’exhalaison

Bleutée et faisandée de ses fleurs échauffées
Par la lumière crue d’un soleil délirant ;
Le ciel vertigineux dont le bleu odorant
Voltige jusqu’au sol sur la lande assoiffée.

Bleu profond de la mer, du ciel clair et des fleurs…
L’été méridional génère en permanence
Tous les bleus potentiels des terres de Provence
Cernées par la lumière et l’énorme chaleur.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Bleus d’été

  1. flipperine dit :

    le bleu une couleur dominante dans le sud

Laisser un commentaire