Automne au nom si doux…

Automne au nom si doux et aux tendres couleurs,
Tu cherche(s) à t’accrocher à tes dernières heures
Ainsi qu’un lumignon qui ne veut pas s’éteindre.
Mais l’hiver est trop dur et va bientôt t’étreindre

En ses bras décharnés pour te faire mourir.
Tu as beau le charmer par un dernier sourire,
Il est trop fort pour toi. Ton teint roux vire au gris,
La nature soupire et lentement s’aigrit.

La Provence ternit et le soleil émousse
Ses rayons trop aigus. Ce soir la lune est rousse
Et l’on parle déjà des premières gelées.

Les jours ont raccourci, ils sont moins lumineux.
Automne au nom si doux, il te faut t’effacer,
Supplanté par décembre et ses longs jours pluvieux.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire