Aurore estivale

Lumière.Eric Bruni

Poème illustré par un tableau de :

Eric Bruni
www.liensutiles.org/ebruni.htm

L’aurore a festonné de perles de cristal
Les roses du jardin. La fraîcheur de la nuit
A redressé les fleurs, bien plus épanouies
Qu’hier au soir tombant, quand soufflait le mistral.

Un oiseau zinzinule, et les notes trillées
De son chant en cascade émoussent le silence.
La nuit bleue se dissout, et la paix est immense
Qui engloutit les rues de Carry le Rouet.

Il va faire très chaud : la chaleur sourd déjà
Des pavés surchauffés depuis quelque semaines,
Et le mistral a beau souffler à perdre haleine,
Il ne peut rafraîchir cet été qui flamboie.

Mais l’on se sent à l’aise en ce petit matin.
La mésange s’est tue. Les bruyantes cigales,
Encore réservées, préparent leurs cymbales
Pour leur proche concert. Dans le fond du jardin,

Deux mulots affairés gratouillent sous les feuilles
Sans se soucier du chat qui dort dans la maison.
C’est l’heure où le soleil garde encore raison.
La fontaine glougloute. Une rose s’effeuille…

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire