A Marseille, l’automne

Poème illustré par un tableau de :
Josette Esnard

L’automne déambule en repeignant les feuilles
A grands coups de pinceau dégoulinant de roux.
Lui emboîtant le pas avec force frous-frous,
Le mistral veut l’aider, mais balourd il effeuille

Les micocouliers gris ombrageant le Prado.
Incurvé en coupole au-dessus de Marseille,
L’air est si cristallin que tous s’en émerveillent !
L’on en a oublié qu’une pluie en rideau

Le flagellait hier avec tant de violence
Qu’on ne pouvait sortir. Aujourd’hui il fait beau,
Un temps limpide et doux, juste comme il le faut !
Un soleil tamisé, pas encore en dormance,

Réchauffe avec amour le Vieux Port et les quais.
La mer bat doucement, bien qu’elle se prépare
Aux grands coups de boutoir et au grand tintamarre
Des tempêtes d’hiver. Mais pourquoi paniquer

Puisqu’on n’est qu’en octobre et que la ville est belle
Sous la lumière ambrée des tout derniers beaux jours ?
Les rues se sont fardées. Un vent léger y court,
Qui fait danser les feuill(es) en folles ribambelles…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.