A la brune

Poème illustré par un tableau de :

Jean-Marc Janiaczyk
http://pagesperso-orange.fr/jean-marc.janiaczyk

Je n’aime rien autant que cet instant sublime
Où le soleil se pose au loin sur l’horizon
A l’Ouest, tout là-bas, du côté de Salon.
La ligne des côteaux rougeoie et s’illumine

Et le ciel qui rosit tremblote sur les toits :
Un soir d’été semblable à d’autres soirs d’été,
Ces soirs de début juin où l’air est presque frais,
Avec des bataillons de bestions qui tournoient

Autour des lampes nues à la lumière bleue.
J’aime ce crépuscule où le jour s’assagit,
Oubliant son éclat trop vif ; où s’assoupit
Le jardin qui vibrait des rires et des jeux

Des enfants tôt couchés qui font enfin silence.
Tout est calme alentour ; la lumière est très belle,
Comme toute beauté qui n’est pas immortelle.
Un fugace moment de joie vraiment intense !

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.