Les vendanges

 

Poème illustré par un tableau de :

Valérie Girard
www.a-ma-galerie.info

Sur les côteaux ensoleillés
Rougis par l’automne rousseau
Grouillent des femmes affairées
Autour d’énormes tombereaux.

Certaines sont agenouillées
Pour être au plus près du raisin,
D’autres vident leurs grands paniers,
Et l’effort rehausse leurs seins.

Elles s’étirent par moments
Pour soulager un peu leur dos,
Et du jus poisseux en coulant
Empègue leur vieux caraco.

Alors elles rient, elles chantent.
Septembre leur dore la peau
D’une ombre blonde. Elles s’enchantent
Que les vendanges soient si tôt.

Un peu d’été est encor là
Et il est juste comme il faut.
Tiède, lumineux et sympa
Le soleil ronronne là-haut.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire