Van Gogh

 

Poème illustré par un tableau de :

Van Gogh
(1853-1890)

Un fantôme ivre et roux erre par les ruelles
Et sa vie d’autrefois le suit, désespérée.
Quelquefois il trébuche, et un sanglot rouillé
Ricoche sur les murs peints de teintes pastel.

Il ne reconnaît plus ces pimpantes venelles,
Ces trottoirs bien lavés, ces places trop rangées.
Il va droit devant lui et se sait condamné
A divaguer sans fin. Arles lui est cruelle.

Mais là-bas sur un mur c’est son propre portrait,
Avec son air hagard, ses tristes traits tiré .
Sur le panneau l’on dit qu’il était un génie.

Alors l’ombre gris-bleu aussitôt diluée
S’est enfin confondue avec son effigie
Et son âme est montée vers un ciel apaisé.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.