Saint-Cannat

Poème illustré par :

Elisabeth Fourcade
www.elisabeth-fourcade.net 

Un village en Provence, un village tranquille.
Gros village endormi ou bien petite ville ?
Tranquille et endormi ? Oh ! Certainement pas !
On ne pourrait ainsi qualifier Saint-Cannat

Car il est traversé par une Nationale
Qui lui gâche ses jours et lui mange ses nuits :
La Nationale 7, où tanguent et dévalent
Depuis moultes années, depuis des décennies,

Des monstres de métal pourrissant ses attraits
De cité provençale en plein coeur du Midi.
Solution ? Déviation ! On ne fait qu’en parler
Depuis plus de trente ans : c’est un temps infini

Pour attendre qu’un jour la grand’rue principale
En vienne à oublier ces camions en rafales
Qui vibrent tant et plus en empestant l’essence !
Le petit Saint-Cannat ne vit que d’espérance !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.