Provençalement vôtre…

Poème illustré par un tableau de :

Maryse Coiscault
www.picasaweb.google.com

Provençalement vôtre – on dit même « groupie » !
Avec le zèle fou des nouveaux convertis,
J’adore la Provence et n’en bougerai plus !
« Depuis combien de jours n’y a t-il donc pas plu ? »

Allez-vous m’objecter ! L’on vous rétorquera
Que tout n’y est pas sec ; que l’eau n’y manque pas
Car les Alpes au Nord pourvoient incessamment
A fort bien l’irriguer ; que son soleil brûlant

N’est pas friand du vert de ses pentes herbues
Tant qu’on est au printemps, quand juin n’est pas venu
Y mettre son ardeur. Après, c’est autre chose !
Il faut alors garder ses fenêtres bien closes,

Attendre patiemment que l’été soit passé,
Ce fol été qui grille et les gens et les prés ;
La saison des touriste(s) et des gens de là-haut.
Je préfère l’automne et ses arbres ponceau…

Amoureusement vôtre et fou de la Provence,
La Provence dorée sous le ciel bleu qui danse
Au rythme du mistral qui déboule du Nord ;
La Provence éternelle où m’a mené le Sort…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.