Prière pour un bon gros orage

Ciel d'orage

Ce serait bien que Mars fourbisse un gros orage
Pour dégager les nues de leurs cochonneries :
La Provence en a marre et voudrait à tout prix
Retrouver son ciel pur avec un bon lavage.

Car depuis de longs jours ce n’est plus notre ciel !
C’est un voile tout mou taché de moisissures,
Un bien terne brouillard sans aucune ouverture
Sur l’infini, là-haut, qui cligne et étincelle.

On n’a pas l’habitude, et notre vue ici
Est toujours dégagée : du bleu, encor du bleu,
Même quand c’est l’hiver et même quand il pleut.
Printemps, bouge-toi donc : viens t’en dans le Midi !

Sors tout ton bataclan, tes éclairs, ton tonnerre
Et tous tes beuglements ! Jusqu’à ce que le ciel
Soit propre infiniment. Il n’y a que la grêle
Que tu peux te garder. Débarrasse-nous l’air

De cette brume infecte où flottent des relents
De tristesse et de mort ; qui floute l’horizon
En effaçant la route et les toits des maisons.
L’on n’y voit presque rien à dix mètres devant !

Fais-nous un bel orage hurlant qui tonitrue
Et qui lave à grande eau cette mollasserie
Brouillardeuse et fanée dont est exclue la vie !
Alors vas-y, Printemps, et bouge-toi le cul !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.