Prière à une cigale

 

 Poème illustré par :

Fragal
www.artactif.com/galland.francoise

Il fait pourtant encor très lourd.
Où est passé notre homoptère ?
Nous a-t-il donc joué le tour
D’être retourné sous la terre ?

Holà, Cigale, il est trop tôt !
Nous ne sommes qu’au vingt-cinq août !
Le temps est encor vraiment beau
Et tu sais bien ce que nous coûte

Ton si funeste enterrement :
L’automne est déjà à l’affût
Et c’est ton départ qu’il attend
Pour vite nous sauter dessus !

Allons, Cigale, fais un effort,
Ne fais pas ça à tes amants.
Gorge-toi de sève, vis encor !
Ce n’est pas déjà le moment

De nous quitter, reste avec nous.
Crisse, criquète encor un peu
Et agrippe-toi aux troncs roux
Des pins de la pinède bleue.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire