Pollution

couple

L’on dirait que Marseille est sous un capuchon.
Son azur cristallin semble moins transparent
Et son ciel infini est bloqué par l’écran
D’un mystérieux brouillard. Là-haut, le cabochon

De la lune imprévue, dépourvue de limites,
Est encor bien présent malgré le grand soleil.
La ville est mal à l’aise, et depuis son réveil
Respire vraiment mal. Même ceux qui habitent

Non loin du littoral ont l’horrible impression
D’étouffer peu à peu sous l’étreinte invisible
D’êtres lilliputiens, malfaisants et nuisibles
Qui insidieusement en prennent possession !

Particules souillées, corpuscules de suie,
Atomes polluants à l’âcre couleur miel
Et à l’amère odeur vont polluer le ciel
Jusqu’à ce qu’un grand vent nettoyeur les essuie.

En attendant, Marseille est pris dans un filet
Enserrant de ses rets et la mer et la ville.
Il attend patiemment, étonnamment docile,
Que le mistral s’en vienne enfin l’éparpiller.

Nous étions si contents que le printemps arrive,
Et sa lumière bleue et son grand ciel si clair !
Plus petites nos fleurs ? Bien plus âcre notre air ?
La Provence elle aussi s’en va à la dérive…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille, Méditerranée, Printemps, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Pollution

  1. Lucy Owl-Bourdette ( Auteur) dit :

    Joli, mais en « grande désespérance envers ce qu’il est advenu de nos ciels et terres. Nous polluons. Nous tuons, pour ensuite crier hypocritement au scandale . Je ne parle pas des oiseaux écrivains ni des papillons poètes, car nos voix sont bien trop chétives pour se faire entendre dans les « hautes sphères » polluées qui dirigent et décident pour nous tous. La voix du grillon est magique et vibrante au cours des nuits d’été; mais comme pour nos espoirs, il en reste si peu !

Laisser un commentaire