Moins huit !

Poème inspiré par un tableau de : 

Alvaro

Oh ! Mon Dieu, qu’il fait froid ! On va être gelés !
De tout petits glaçons se forment dans le nez…
C’est du moins l’impression que décembre nous donne !
On est à moitié morts ! Où donc est cet automne

Où l’on râlait pourtant parce qu’il pleuvait trop ?
On ne reconnaît plus les hivers provençaux !
Comment faisais-je donc à Nancy en Lorraine
Où pendant tout l’hiver la froidure est pérenne ?

Les arbres sont luisants. Pourvu que l’olivier
Supporte ce grand froid ! Je vais lui tricoter
Un grand manteau bien doux pour lui chauffer l’écorce !
Mais foin de rigolade ! Il faut garder tes forces,

Mon bel arbre si vieux et qui en as tant vu !
D’après la météo, nous ne souffrirons plus
Que quelques jours encor ! Il va faire plus doux :
Je t’en prie, l’olivier, tu dois tenir le coup !

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.