Mal de mer

L’horizon bleu balance et penche
Comme notre estomac qui flanche !
Tout n’est plus qu’horreur et dégoût :
Pour la mer qui se joue de nous,

Pour ce voyage inexpliqué
Et ces gens qui nous ont poussés
A ce circuit vaille que vaille
Nous démolissant les entrailles !

La Méditerranée féroce
Se délecte à ce mal atroce
Qui s’en vient brouiller notre esprit.
Même l’air frais sent le vomi !

Ca roule ou ça tangue ou les deux !
Mais qu’avons-nous donc fait aux cieux
Pour être tellement malades ?
Ah ! Vous parlez d’une balade…

Les flots tournent dans tous les sens ;
La mer est ciel ; le ciel immense
Se perd au creux du grand flux noir .
Est-on le matin ou le soir ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.