Mal de mer

L’horizon bleu balance et penche
Comme notre estomac qui flanche !
Tout n’est plus qu’horreur et dégoût :
Pour la mer qui se joue de nous,

Pour ce voyage inexpliqué
Et ces gens qui nous ont poussés
A ce circuit vaille que vaille
Nous démolissant les entrailles !

La Méditerranée féroce
Se délecte à ce mal atroce
Qui s’en vient brouiller notre esprit.
Même l’air frais sent le vomi !

Ca roule ou ça tangue ou les deux !
Mais qu’avons-nous donc fait aux cieux
Pour être tellement malades ?
Ah ! Vous parlez d’une balade…

Les flots tournent dans tous les sens ;
La mer est ciel ; le ciel immense
Se perd au creux du grand flux noir .
Est-on le matin ou le soir ?

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire