L’hôte

 

Sur le sol une feuille morte
Gît toute recroquevillée,
Et même si elle est fermée
Il se peut qu’un souffle l’emporte.

Elle est close comme un étui,
Une petite boîte rousse,
Et quand un peu de vent la pousse,
Elle tangue par-là, par-ci,

Tireboulée par le mistral
Sur la prairie déjà jaunie.
Quelques gouttelettes de pluie
L’ornent d’un collier de cristal.

Mais ce matin un grand garçon
Jouait à pousser une balle,
Quand voici que l’objet dévale,
Ecrasant de son ventre oblong

La feuille d’or qu’il aplatit,
La rendant soudain sans attraits.
Poussant alors des cris d’orfraie
Un être étrange en est sorti :

Un joli lutin grassouillet,
Avec des oreilles pointues,
Et qui avait même un peu bu
Un petit verre de rosée !

Un peu saoûl il gesticulait,
Son tout petit nez était rouge :
Il  fallait lui trouver un bouge,
Puisqu’il n’avait que son  duvet.

C’était un drame d’opérette
Car il n’avait plus de maison !
Alors superbe le garçon
Lui a fait don de sa casquette.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire