L’esquif

Poème illustré par :

Adjaia
www.adjaia.canalblog.com

Dans un verger d’Oran une feuille est tombée ;
Une feuille bombée, charnue, toute luisante :
Feuille de citronnier ou feuille d’oranger
Emportée au lointain par la brise odorante

Qui l’a bringuebalée et posée sur la plage.
La Méditerranée l’a d’abord chahutée,
Ballottée, fait danser ; et puis son cahotage
Au fil gris de ses eaux l’a enfin entraînée.

Sautant de vague en vague et bondissant légère
Comme un esquif ténu roulant sur le chaos,
La feuille a tenu bon et traversé la mer
Ainsi que l’aurait fait un énorme bateau.

Et tournant en toupie sur l’ondulation bleue,
L’ocre et frêle vaisseau toujours insubmersible,
Poussé par un vent tiède et miséricordieux,
A abordé mardi non loin de Mandelieu.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire