Les pâquerettes

Trois jolies fleurs nées dans la nuit,
Encor fermées en parapluies,
Qui sentent si bon le printemps
Qu’on n’en espérait pas autant.

Trois délicates pâquerettes,
Trois jolies fleurs en collerette
Autour d’un coeur jaune éclatant
Comme un rire tonitruant.

La première m’a dit : « Il m’aime » ;
« Un peu » chuchote la deuxième ;
J’aurais bien mieux fait d’accepter
Qu’elle disait la vérité !

La troisième m’a dit : « Beaucoup »
Et c’était comme un : « Pas du tout » !
Je l’ai jetée à la poubelle
Pour la punir, cette donzelle !

N’écoutez donc pas ces fleurettes !
Maudites soient les pâquerettes
Qui mettent les coeurs en morceaux
En  susurrant leurs maudits mots.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire