Les mélèzes

Poème illustré par un tableau de :

Catherine Herbo
www.catherineherbo.fr

Ils sont très proches des sapins,
Mais ceux-ci sont assez peu fiers
De leurs hiératiques cousins
Qui s’exhibent nus en hiver

Et ne gardent pas leurs épines.
Par contre en automne ils tapissent
Les pentes sèches des collines
Qu’ils éclaboussent et roussissent

D’un flamboiement éblouissant.
La montagne est une splendeur,
Et le soleil en déclinant
Y meurt en sublimes couleurs.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire