Les lucioles

Sonnet

Dans le fond du jardin s’allument des lucioles :
Des petits riens du tout, des insectes-babioles
Balisant le chemin qui conduit à l’étang ;
Très légers lumignons sous le ciel palpitant

Et qui cligne des yeux. Délicats faisceaux verts
Et palpitation bleue : cliquetis de lumière
Sur terre et dans le ciel qui semblent se répondre !
Vers-luisants affairés avant que ne s’effondre

Le monde condamné des rives de la mare ;
Lampyres lumineux et minuscules phares,
Ce sont des petits points dans la pénombre brune,

Lumineux et parés d’une infime lueur
Brillant sous le halo bleuâtre de la lune.
De minuscules vies qui clignotent en choeur.

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les lucioles

  1. Roger Guay dit :

    Bonjour,
    Je suis à rédiger un court article sur la fluorescence minérale et je suis tombé par hasard sur un poème que vous avez écrit sur les lucioles. Je vous demande la permission de l’utiliser ainsi que la photo qui l’accompagne pour les placer dans mon article à paraître dans notre petite publication trimestrielle « Le Filon ». Si l’éditeur accepte d’y laisser votre poème, le Filon devrait paraître en septembre prochain, sa distributuion se fait principalement par courriel à tous les membres du Club de minéralogie de Montréal. Quoi de mieux pour illustrer la bioluminescence ! C’est devenu exceptionel de voir des lucioles dans le ciel de Montréal.
    Bien vôtre

    Roger Guay

  2. D’accord pour la publication de mon sonnet dans votre revue, et merci…
    Vette de Fonclare

Laisser un commentaire