Les chichi fregi

Poème illustré par un tableau de :

Nicolas Tourniers
(1590-1639)

Une petite faim ? Un bon chichi fregi
Vendu et dégusté dans la rue à Marseille.
Rissolant, grésillant comme un petit soleil
Dans son huile d’olive à l’odeur du Midi,

Il est tout gonflé d’or et de fleur d’oranger.
Brûlant et boursouflé, bien saupoudré de blanc
Enfarinant le nez d’un sucre pétillant,
C’est le beignet du Sud, exquis à se pâmer.

On vous le tend serré dans un bout de papier
Qui vous tache la main de son huile bien grasse
Aux mille calories; mais la honte s’efface
Quand fond entre vos dents ce nuage sucré.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les chichi fregi

  1. lubran dit :

    Bonjour,
    Je parle de votre article sur mon site à l’adresse:
    http://roman-sf.over-blog.com/2016/12/chichi-fregi-a-ne-pas-confondre-avec-chichibelli.html
    Si cela vous dérange je peux le supprimer
    Cordialement

  2. Merci, ami ! ça ne me dérange pas du tout, au contraire !

Laisser un commentaire