Le vieux cimetière

Sonnet illustré par un tableau de :
Jean-Claude Quinette

www.jc-quinette.com

Demain, j’irai porter un bouquet sur ta tombe.
Novembre est vraiment doux, et les dahlias abondent
Tout au fond du jardin tels des petits soleils.
Dans le vieux cimetière endormi, tu sommeilles…

Le ciel est embrumé, la lumière fanée
Par un voile laiteux. Le marbre se défait
Sous le temps qui s’écoule et la pluie de l’automne,
Mais il va chatoyer sous les corolles jaunes

Que je vais y poser comme un signe d’amour.
Sur la cime d’un if un pigeon s’est perché,
Roucoulant doucement, trop dodu et trop lourd

Pour la pointe effilée joliment incurvée.
C’est ainsi que la vie doit sourire, toujours ;
Et malgré le chagrin, il faut continuer…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Automne, Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire