Le vieil Honoré

Vincent Van Gogh

Poème illustré par un tableau de :

Vincent Van Gogh
(1853-1890)

Il y a bien longtemps, non loin de Forcalquier,
Se dressait un vieux mas à l’allure bancale,
Rongé par le soleil, battu par le mistral,
Où vivait un vieil homme appelé Honoré.

Un nom bien solennel pour un si pauvre hère !
C’est tout au moins l’idée qu’on se faisait de lui :
Un vieillard discourtois tout grinçant de soucis,
Jouant au malheureux et qui pleurait misère ;

Que chacun fuyait donc, sauf la brave Manon
Toujours prête à aimer, secourir son prochain ;
Et même si le vieux la traitait comme un chien,
Toujours là pour aider l’imbuvable bougon ;

Lui portant à manger, ravaudant ses habits,
Tentant de l’égayer s’il était trop grognon ;
Nettoyant sa maison, lui chantant des chansons ;
Le traitant tout à fait comme un très cher ami.

Pensant que c’était trop, les autres en riant
La trouvaient trop clémente et bien trop débonnaire.
Et puis le vieux mourut… Apparut un notaire
Avec entre les mains un fort gros testament :

Le vieux était très riche, à milliers de millions :
Des terres, des maisons, de l’or en abondance,
Des biens disséminés en tous lieux en Provence
Légués totalement à la chère Manon !

Elle partit pour Aix, dépensa sans compter ;
Et reniant sa vie jusqu’alors honorable,
Oublia à quel point elle fut charitable,
Devenant peu à peu une goule éhontée…

Du fond de son Enfer, l’Honoré ricanait !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire