Le tacot

 

 Poème illustré par :

Claude-Max Lochu
www.lochu.com

Dans la cour du vieux presbytère
D’un très vieux village en Provence
Gît un très très très vieux tacot :
J’emploie toujours les mêmes mots

Mais c’est vrai que tout est très vieux
Dans ce coin gris où nos aïeux
Ne seraient pas dépaysés
Si un jour ils s’en revenaient !

Le curé est vieux lui aussi :
Personne n’a jamais compris
Qu’il porte encor une soutane !
Parfois il fume une Gitane

En se cachant des quelques âmes
– Surtout de vénérables dames –
Fréquentant encor son église.
Sa petite vie semble grise

Quand ils vont sa voiture et lui
Dans la fumée et dans le bruit.
On craint toujours qu’ils ne s’écroulent
Sur la route près de Théoule.

Mais ce n’est pas ce que l’on croit :
Dans sa guimbarde de guingois
Le vieux curé chante à tue-tête
Tant sa vieille âme est à la fête !

Il est le plus heureux des hommes
Et sa vieille voiture embaume
Car il sent bon la sainteté.
Et pour lui chanter, c’est prier …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire