Le souffle de l’automne

Poème illustré par une aquerelle de :

Josette Mercier
www.josettemercier.ch

Un mistral effréné qui fait danser les ombres
S’est levé ce matin dans le ciel infini ;
C’est la fin de l’été, parfois le ciel est sombre
Et la plupart des gens d’ailleurs sont repartis.

Les ombres sont plus longues, plus longue la nuit
Qui mange goulûment le soleil dès huit heures.
L’automne qui s’en vient affadit les couleurs
De mon jardin fané qui s’efface et jaunit.

Là-haut passent souvent d’immenses vols d’oiseaux
En route vers le Sud : escadrilles en V
Qui tracent sur l’azur des dessins bien réglés.
Le beau temps agonise, il ne fait plus très chaud

Et le vent devient frais. Il faudra bien s’y faire :
Recommencer encor, retrouver la froidure,
Voir octobre qui vient grignoter la verdure !
C’est vrai que dans deux mois nous serons en hiver…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire