Le soleil embusqué

Poème illustré par un tableau de :

Marie Buffière
www.marie.buffiere.over-blog.com

Dans le ciel, un nuage ! Un seul… Il sert de planque
Au soleil embusqué qui attend patiemment
Que passe à sa portée l’un de ces saltimbanques
A la peau toute blanche et aux cheveux d’argent

Qui viennent dès juillet envahir son Midi.
Il en pète du feu, tant la concupiscence
Le met tout en émoi ; et il se réjouit
De les voir débarquer en troupeaux en Provence !

Ceux qu’il aime surtout, ce sont les Scandinaves
Dont le teint transparent n’attend que ses baisers.
Oh ! Comme ils vont rougir et cramer ! Il en bave
Et affûte encor plus ses flèches acérées…

C’est un tyran puissant… et pourtant désiré
Par ses adorateurs descendant vers la mer !
Nous, nous le redoutons ! Et il n’est apprécié
Par les gens du Midi que lors des mois d’hiver

Quand il est pâlichon, vaguement endormi
Au-dessus des longs flots à l’éclat un peu jaune ;
Demi-cercle posé sur l’horizon tout gris,
Il flemmarde en douceur dans les vapeurs d’automne…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire