Le soleil embusqué

Poème illustré par un tableau de :

Marie Buffière
www.marie.buffiere.over-blog.com

Dans le ciel, un nuage ! Un seul… Il sert de planque
Au soleil embusqué qui attend patiemment
Que passe à sa portée l’un de ces saltimbanques
A la peau toute blanche et aux cheveux d’argent

Qui viennent dès juillet envahir son Midi.
Il en pète du feu, tant la concupiscence
Le met tout en émoi ; et il se réjouit
De les voir débarquer en troupeaux en Provence !

Ceux qu’il aime surtout, ce sont les Scandinaves
Dont le teint transparent n’attend que ses baisers.
Oh ! Comme ils vont rougir et cramer ! Il en bave
Et affûte encor plus ses flèches acérées…

C’est un tyran puissant… et pourtant désiré
Par ses adorateurs descendant vers la mer !
Nous, nous le redoutons ! Et il n’est apprécié
Par les gens du Midi que lors des mois d’hiver

Quand il est pâlichon, vaguement endormi
Au-dessus des longs flots à l’éclat un peu jaune ;
Demi-cercle posé sur l’horizon tout gris,
Il flemmarde en douceur dans les vapeurs d’automne…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.