Le skieur

 

Est-ce donc un robot dégringolant du ciel
Dans sa combinaison, luisante carapace ?
Un insecte brillant qui agite ses ailes :
De maigres bâtons noirs qui zébrent de leurs traces

La pente immaculée que l’homme bleu dévale ?
La neige éclaboussée pétille autour de lui
Sur le dévers flippant tant il est vertical
Et rayuré parfois d’énormes sapins gris.

Il file à la folie, et sa fragilité
Sur la piste pentue terrifie les skieurs
S’écartant prudemment pour le laisser passer,
Mais son culot dément les fige de terreur.

Et puis il est en bas, et en l’auréolant
La neige soulevée gicle en fines paillettes.
Il est souple, il est beau tel un fauve ondoyant.
C’est l’image accomplie d’un magnifique athlète.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire