Le rossignol

Ne s’alimente-t-il jamais,
S’égosillant à appeler
Une éventuelle compagne ?
Car nuit et jour sur la campagne

Son chant sacré trille et stridule.
La petite boule marronne
Ignore tout du mot « aphone » :
Il chante, peaufine et module

Ses longs appels énamourés.
Sa mélodie ne faiblit point :
Il vient du Sud et c’est si loin
Qu’il devrait être exténué.

Mais non ! C’est vrai qu’il est gorgé
Des énormes vers exotiques
Nourris par les terres d’Afrique :
Il est encor bien grassouillet

Et peut chanter, chanter encore,
Chanter toujours. La lune bleue
Sensible à ses cris amoureux
Penche sur lui sa corne d’or.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire