Le rossignol

Ne s’alimente-t-il jamais,
S’égosillant à appeler
Une éventuelle compagne ?
Car nuit et jour sur la campagne

Son chant sacré trille et stridule.
La petite boule marronne
Ignore tout du mot « aphone » :
Il chante, peaufine et module

Ses longs appels énamourés.
Sa mélodie ne faiblit point :
Il vient du Sud et c’est si loin
Qu’il devrait être exténué.

Mais non ! C’est vrai qu’il est gorgé
Des énormes vers exotiques
Nourris par les terres d’Afrique :
Il est encor bien grassouillet

Et peut chanter, chanter encore,
Chanter toujours. La lune bleue
Sensible à ses cris amoureux
Penche sur lui sa corne d’or.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.