Le roi fainéant

chat

Tout recroquevillé au creux de trois coussins
Formant un nid douillet, le chat Mimi hiberne.
Immergé dans son rêve, il vient de mettre en berne
Sa minuscule vie. Et pourtant, sous ma main,

Je sens battre son coeur tout chaud comme un soleil.
Déjà qu’il est cossard et dort presque seize heures
A la belle saison, en roi des roupilleurs :
En hiver il paraît enchaîné au sommeil…

C’est vrai qu’il n’y a plus un très grand intérêt
A s’en aller courir tout au fond du jardin :
Les oiseaux sont cachés, et il n’y a plus rien
Qui pousse le flemmard à trop se fatiguer.

Alors mieux vaut dormir, rêver au bleu du ciel,
Aux papillons dansant dans les rais de lumière,
Au paradis des chats et aux mille manières
De prouver en chassant qu’il sait être cruel.

La pluie tape aux carreaux, frappant à petits coups
Les vitres embrumées  ! Mimi entr’ouvre un oeil
Pour émigrer enfin de mon lit… au fauteuil ;
Et puis il se rendort en ronflotant tout doux.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Hiver, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire