Le nouvel ami

couple-enlace

Merci, nouvel ami, qui m’a tirée d’affaire
Lorsque je perdais pied ! Tu as eu fort à faire
Après ce coup du sort qui m’a anéantie
D’autant plus durement qu’il était inouï !

Mais tu es arrivé, avec ta gentillesse !
Tu venais, toi aussi, de subir la tristesse
D’un deuil fort douloureux qui te dévastait l’âme…
Nous avons réuni nos deux petites flammes

Pour mieux nous épauler. Béquille l’un pour l’autre,
Nous nous soutenons bien. Point trop de patenôtres
Pour calmer notre mal, mais un lent abandon
Pour nous laisser aller, et cette amitié dont

Nous avons tant besoin pour adoucir nos peines.
Chaque jour je bénis l’énorme coup de veine
Qui a autorisé l’incroyable jonction
De nos destins errants, en presque perdition.

Nous nous comprenons bien, avec les mêmes mots ;
Notre neuve tendresse atténuera nos maux,
Et nous allons tous deux poursuivre le chemin,
Nous aidant l’un et l’autre en nous tenant la main.

Merci, nouvel ami, d’avoir croisé ma route ;
De m’avoir assistée lors de cette déroute
Qui m’emportait au loin. Redevenu tout bleu,
Le ciel de nouveau clair brille de mille feux…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Amours, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire