Le motet

BACH

Il flotte autour de moi un chant qui est si pur
Qu’il est comme un cristal de voix presqu’inhumaines :
Les notes du motet magiquement me mènent
A l’infini d’un monde aux confins de l’azur

Ou d’un Ailleurs, là-bas, au-delà de la vie…
Sont-ce des chérubins venus du ciel qui chantent
Et dont mon coeur charmé subtilement s’enchante?
Etait-il bien humain celui qui a écrit

Cette oeuvre forcément inspirée du Divin ?
Les voix se chevauchant trillent leurs notes claires
Toutes tressées d’argent et brodées de lumière.
Mon âme est débordée, et il serait bien vain

De vouloir empêcher mes larmes de couler ;
La beauté flue en moi, douce et enveloppante…
Puisse toujours durer cette force émouvante
Qui me point jusqu’au coeur, et fasse que jamais

N’arrête de jaillir la divine fontaine…
Mais Bach s’en est allé, sa musique s’est tue.
Je me retrouve seule et mon âme est bien nue,
Qui doit ré-affronter une vie trop humaine…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire