Le manège

 

Venu pendant la nuit du Royaume des Fées,
Un manège doré s’est posé près du Pont
Et les petits enfants sont tous là à bader,
Contemplant la merveille avec des yeux tout ronds.

Car le Monde Enchanté qu’ils ont vu dans leurs livres
Tourne en grands tourbillons, virevolte sans trêve,
Valse, tournoie et va comme s’il était ivre.
Les petits ébahis sont plongés dans un rêve

Dont ils sont les héros vaillants et généreux
Pourfendant l’ennemi sur leurs chevaux de bois
Ou dans leur castelet surmonté d’un dais bleu.
Ils sont fous de bonheur et donnent de la voix.

Le mistral est grognon. N’aimant pas le chahut
Ni les beaux carrousels ni les petits enfants,
Et pour être bien sûr qu’on ne l’embête plus,
Il a tout emporté dans son souffle dément.

Mais les minots ravis de faire un beau voyage,
De voguer dans les airs comme à bord d’un avion,
Se sont tous mis à faire un bien plus grand tapage.
Et le vent fou furieux se sentant tout couillon

A tout redéposé près du pont d’Avignon !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire