Le Luberon

 

Poème illustré par un tableau de :

Henri Guey
 henri.guey.free.fr

Le calcaire y est comme neige,
Si blanc qu’il en leurre beaucoup ,
Et sur la terre ombrée de beige
Le roc est tout poudré de roux .

Une forêt de cèdres noirs
Couronne la falaise sombre ,
Et dans l’or mordoré du soir ,
Les ravins se remplissent d’ombre .

C’est une montagne très dure ,
Sèche à coeur , sans once de vert .
L’on y voit d’étranges blessures
Et des macules circulaires …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.