Le lac bleu

Pierre précieuse circulaire
Enchâssée au creux des collines,
C’est un vestige de la mer
Où des mouettes dodelinent.

L’eau se balance au fil du vent
Et se déverse sur la grève.
Le flot saphir ourlé de blanc
Se déroule et croule sans trêve.

Quatre voiles multicolores
Glissent sous le ciel tourmenté,
Plongeant dans les tourbillons d’or
Que le flot noir vient d’enfanter.

Elles semblent fuir un danger
Tant elles filent sous le vent.
La nuit marine va tomber,
Les poussant à prendre du champ

Car la falaise a des trous sombres
Dont on n’aime pas s’approcher :
Le génie des eaux aime l’ombre
Et pourrait bien en émerger.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire