Le génie du Cimet

Hiver

On est le vingt décembre ; il fait encor très beau ;
Le beau temps installé semble vraiment costaud
Et le soleil doré rutile à perdre haleine
Là-haut dans la montagne et en bas dans la plaine…

Allongé dans son antre, au sommet du Cimet*,
Gît un vieillard tordu, maigre et dépenaillé
Qui paraît endormi… Peut-être qu’il est mort ?
Il semble pétrifié et son tout petit corps

A l’air rigide et froid sous la voûte de pierre :
Silhouette menue et vraiment très légère
D’un vieux inoffensif ! Pourtant il faudrait vite
Détruire sa carcasse avant qu’il ressuscite…

Hélas, il est trop tard : il vient de s’éveiller !
Petit gnôme inquiétant et vraiment très très laid,
Il a le teint bleuâtre, et ses longs doigts crochus
Avec des ongles gris s’agitent au-dessus

D’un énorme chaudron où bouillonnent des choses…
Maintenant se déploient dans la caverne close
Ce qu’il a fait jaillir de son pot maléfique :
Neige et vent, froid et gel, et verglas… Terrifiques

Agents du mauvais temps qu’il vient de concocter
Pour troubler la Provence et mieux l’empoisonner.
Il en a terminé ! Il les lance au-dehors,
Leur ordonnant à tous de transmettre la mort

Au soleil, au ciel bleu et à cette lumière
Qui baigne le Midi. Ce vieux fou est l’Hiver,
Poussé par un seul but : très vite anéantir
Tout ce qui dans le Sud ressemble à du plaisir…

* Sommet des Alpes du Sud : 3020m

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.