Le dévoreur

 

 

Poème illustré par un tableau de :

Jean-Michel Farmy
www.jeanmichelfarmy.com

Trente-deux fleurs dans mon jardin
Et le soleil les a mangées !
Un romarin tout bleu, du thym ?
Le monstre les a desséchés

Comme les sauges, les lavandes
Qu’il s’est complu à dévorer !
Cueillies en plein coeur de la lande,
J’avais des rosaces ambrées,

Mais il les a vite englouties !
Rien ne résiste à l’ogre roux
Doué d’un énorme appêtit
Et qui détruit en grillant tout.

L’eau seule s’essaie à le défier
Même s’il se donne un mal fou
Pour tenter de l’évaporer.
Mais elle résiste à ses coups :

Dans la torpeur lourde du soir,
En prêtant l’oreille on entend
Le chant joyeux des arrosoirs
Qui chintent tout en glougloutant.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.