Le couvercle

Un couvercle pesant est posé sur la ville,
Demi-sphère de brume et de crachin mêlés.
On n’a pas l’habitude et l’on va étouffer
Tant l’air lourd, chlorotique, est gris et immobile

Depuis la mi-décembre ; et devoir respirer
Cette bruine malsaine est une rude épreuve !
Où donc est l’horizon ? Il vaudrait mieux qu’il pleuve,
D’une pluie qui fouette et qui peut tout laver !

Mais le brouillard informe estompe tant les toits
Qu’ils semblent abriter des murs sans consistance ;
Avignon l’indistincte est en désespérance,
Incolore et sans vie sous le ciel à l’étroit.

L’atmosphère mouillée n’est que déliquescence ;
On ne voit pas plus loin que le bout de la rue
Et l’on dirait vraiment que le soleil perdu
A voulu déserter les terres de Provence.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.