Le caban

 

Entre la porte et la fenêtre
Un caban jaune est suspendu.
Depuis des jours, des mois peut-être,
Tant de temps qu’on ne le voit plus …

Sauf Fanny qui n’oublie jamais
Le mardi où Il est parti,
Ce jour où Il a oublié
Le vêtement des matins gris,

Une défroque, un truc informe
Qu’il mettait pour aller pêcher
Et qui garde encore la forme
De son corps jeune un peu replet.

Depuis des jours, des mois peut-être,
Il est suspendu dans l’entrée.
Elle pourra vraiment renaître
Quand elle saura où Il est.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire